Lieux àvisiter

La ville de Verdun

Verdun garde une mémoire vive de la Grande Guerre. La ville a été l’objectif, jamais atteint, de l’offensive allemande de février 1916. Elle constitue aujourd’hui la porte d’entrée des champs de bataille meusiens.

Les quais de Londres à Verdun - © CDT Meuse - Guillaume Ramon

Porte de Verdun - © CDT Meuse - Guillaume Ramon

La ville de Verdun - © CDT Meuse - Michel Petit

Verdun - © CDT Meuse - Guillaume Ramon

Adresse

Bureau d’information touristique
Place de la Nation

55100 Verdun

Tél : 03 29 86 14 18

Site web : www.tourisme-verdun.fr

Horaires

Accès libre

Tarifs

Accès libre

La ville de Verdun n’a pas été le théâtre de combats directs pendant le conflit. Elle a cependant été l’enjeu crucial de la bataille qui porte son nom. Pendant 300 jours, de février à juillet 1916, la plus grande concentration des troupes françaises et allemandes s’affrontent dans la zone de Verdun. Dans la ville assiégée, seuls l’état-major, qui occupe la Citadelle souterraine, et la brigade des Sapeurs-pompiers stationnée dans les caves de la Mairie, sont présents. Les populations civiles ont fui la ville. 

Sévèrement bombardée par l’artillerie allemande, la ville sort exsangue des combats. Les Croix rouges française et américaine portent secours aux habitants de retour en installant une cantine à la gare, un dispensaire rue Saint Sauveur et une coopérative municipale à l’Hôtel de Ville.

Le 13 septembre 1916, la ville est décorée de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre avec palmes par le Président Poincaré.

Aujourd’hui, la ville de Verdun symbolise le souvenir de l’expérience dramatique de la guerre et offre de nombreux lieux de mémoire de la bataille :

La citadelle souterraine

> Voir la fiche dédiée

Le monument de la victoire

Ce monument, conçu par l’architecte Chesnay et le sculpteur Boucher, a été inauguré en 1929. Il s’appuie sur l’ancien rempart romain de la ville, déblayé par les bombardements de 1916. La tour, haute d’une trentaine de mètres, est surmontée d’une statue de la Victoire, un soldat d’inspiration moyenâgeuse appuyé sur son épée. Elle surplombe une crypte ouverte au public qui abrite les répertoires des noms des soldats titulaires de la médaille de Verdun.  

Le monument aux enfants de Verdun

Inauguré le 1er novembre 1928, ce monument, situé au cœur de la ville, a été construit par l’architecte Forest et le sculpteur Grange et rend hommage aux Verdunois morts pour la France. Illustrant la devise « on ne passe pas », cinq soldats de différentes armes forment un mur contre l’assaut ennemi.

Le centre mondial de la paix

Le Centre Mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l’Homme est situé dans le palais épiscopal de Verdun depuis 1994. Pôle mémoriel d’excellence, il propose plusieurs parcours dont un dédié au centenaire 14-18 et un franco-allemand. Lieu d'expositions et espace de rencontres et d'échanges (conférences, concerts, manifestations littéraires...), le centre dispose également d’une boutique et d’une librairie. Toutes les informations sur le site cmpaix.eu.

Le quai de Londres

Lors de la bataille, les habitations situées à l’emplacement de l’actuel quai de Londres ont été totalement détruites par les bombardements.

Réhabilité après le conflit grâce à l’aide financière de la ville de Londres, le quai de Londres est aujourd’hui une zone piétonne très fréquentée qui accueille chaque été le festival Musiques et Terrasses.

Quai de Londres

Quai de Londres - © CDT Meuse - Michel Petit

Quai de Londres

Quai de Londres - © CDT Meuse- Michel Petit

Le musée de la Princerie

Dans ce musée dédié à l’histoire de la ville, proche de la cathédrale, une partie des collections est liée à la Première Guerre mondiale et à l’histoire de la bataille. Toutes les informations sur le site www.musee-princerie-verdun.fr.

La cathédrale

Installée sur un promontoire, la cathédrale Notre-Dame est la plus ancienne cathédrale de Lorraine et le plus vaste édifice roman de l'Est de la France. Elle a subit de nouveaux dommages pendant la bataille de Verdun de 1916. En 1919, en évacuant les gravats dans la nef, les Verdunois ont découvert une crypte datant du XIIe siècle. Un soin particulier lui a été porté lors de la reconstruction de l’édifice, qui s'achève en 1935. Les piliers ouest ont été notamment ornés de sculptures évoquant la vie des poilus et l'histoire de Verdun.

Le cimetière militaire du Faubourg Pavé

Le cimetière regroupe 5095 soldats. C’est ici que reposent, sous une grande croix, les sept « inconnus » qui figuraient parmi les huit soldats non identifiés rapatriés des principaux champs de bataille. Le huitième repose sous l’Arc de Triomphe. Un monument est dédié aux aviateurs.

Le cimetière militaire de Bévaux      

Situé en périphérie de la ville, le cimetière créé en 1914 aurait dû être transféré vers la nécropole de Douaumont. Il est finalement maintenu sur place en 1924 suite à l’émoi des familles endeuillées, puis réaménagé en 1967 pour rassembler d’autres corps de soldats tombés dans le secteur de Verdun. La Nécropole de Bévaux, en périphérie de la ville, regroupe 3 592 soldats dont 3 107 sont  tombés en 1914-1918.

Le cimetière de Glorieux

La nécropole de Glorieux, créée en 1916, regroupe les sépultures de 4244 soldats.

  • 13 Septembre
    1916
  • 01 Novembre
    1928
  • 23 Juin
    1929
  • 1994
  • La ville est décorée de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre

  • Inauguration du Monument aux enfants de Verdun

  • Inauguration du Monument de la victoire

  • Installation du Centre Mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l’Homme dans le palais épiscopal de Verdun