Enseignement

Verdun 1916-2016 - L’académie de Nancy-Metz au cœur des enjeux éducatifs du centenaire

Centre mondial de la Paix - Verdun - © D.R.

Sur les pas des combattants de Verdun : itinéraires pédagogiques, 1916-2016

Le premier parcours pédagogique « Sur les pas d’un combattant français » est disponible sur le site de l'Académie de Nancy-Metz.

 

Verdun 1916-2016 - L’académie de Nancy-Metz au cœur des enjeux éducatifs du centenaire

Les dix mois d’affrontement franco-allemand à Verdun en 1916 ont construit la « bataille symbole de toute la Première Guerre » évoquée par l’écrivain combattant Maurice Genevoix.

Un symbole est  ancré dans la réalité : celle brutale et chiffrée de plus de 700 000 victimes et de près de 60 millions d’obus, celle de la transformation d’un environnement naturel et humain en lieu d’enfer quotidien pour les soldats, celle, enfin, de la transfiguration durable d’un  paysage en sanctuaire. Mais un symbole n’a de portée que parce qu’il est un signe, et le plus souvent un signe qui dit plusieurs choses à la fois. La bataille de Verdun représente les souffrances, l’engagement total d’une nation qui aurait été unie sous les armes, le sacrifice global lié à la guerre totale. Elle signifie aussi la réconciliation franco-allemande, la reconstruction de l’Europe et l’espoir universel qu’illustre le Centre mondial de la paix qui a élu domicile dans l’ancien palais épiscopal de Verdun depuis 1994.

Les enseignants et les élèves de l’académie de Nancy-Metz où sont situés les champs de bataille de Verdun partent des empreintes locale des combats pour construire des projets interdisciplinaires et des parcours documentaires autour des expériences de la guerre totale, de la mémoire de la bataille et de la reconstruction de la paix. Ce travail de terrain approfondi est destiné à hisser l’académie au rang d’académie ressource : pour mieux approcher Verdun dans le cadre des programmes scolaires, pour favoriser à distance les initiatives pédagogiques sur Verdun, et, enfin, pour aider les classes françaises et allemandes à préparer une visite de Verdun l’année du centenaire.

L’expérience de guerre totale mise en évidence par les programmes scolaires

L’Éducation nationale se doit d’abord de rappeler la violence traumatique des événements qui ont fait la bataille de Verdun de février à décembre 1916. Cette réalité acquiert tous son sens dans le contexte militaire précis d’un front occidental que les belligérants considèrent comme décisif pour l’issue du conflit et dans un environnement général, politique et culturel qui confronte les sociétés à une expérience de guerre inédite. C’est bien la spécificité de cette longue bataille par rapport à l’ensemble du conflit que les programmes scolaires permettent de mettre en évidence.

La Première Guerre mondiale rencontre la scolarité des élèves à trois grands moments : à la fin du cycle 3 de l’école élémentaire -en classe de CM2-, puis au terme du cycle 4 du collège -en classe de troisième- ; enfin au lycée, en première générale et technologique et en CAP. Verdun trouve naturellement sa place au cœur de l’examen de la « Grande Guerre ». Les élèves du primaire qui doivent notamment « identifier en quoi cette guerre ne ressemble pas aux précédentes » pour illustrer le thème de « la violence du XXe siècle » sauront traquer dans les champs de bataille verdunois les caractères propres de la « guerre totale »1. Les collégiens, quant à eux, doivent mieux éclairer cette dimension :Verdun figure explicitement comme exemple de la « violence de masse à travers la guerre de tranchées »2. Les nouveaux programmes du cycle 4 qui entreront en vigueur à la rentrée 2016 élargissent le propos en invitant à étudier « l’implication des civils et des militaires » dès la Première Guerre mondiale : la militarisation de la société civile meusienne autour des combats de Verdun, leur inscription dans le quotidien et les paysages des habitants offrira un observatoire de tout premier ordre. Enfin, les lycéens de première générale parcourent Verdun à travers l’évocation de « l’expérience combattante dans une guerre totale »3, alors que les élèves des séries technologiques doivent réfléchir sur la mise en perspective de l’expérience de guerre dans le court XXe siècle des conflits4. En année de CAP sera opportunément donnée la possibilité de s’arrêter sur « Verdun et la mémoire de la bataille »5 et d’expliciter le sens des commémorations.


Verdun entre mémoire locale, nationale et internationale

C’est que Verdun est une bataille promptement « transfigurée par la mémoire »6. Au moment d’en commémorer le centenaire, la communauté éducative de France est déjà l’héritière de cette mémoire forgée par d’innombrables artisans : des combattants survivants devenus témoins aux médiateurs politiques, artistiques et culturels. L’historien Antoine Prost qui préside le conseil scientifique de la Mission du Centenaire a résumé la difficulté de cette alchimie mémorielle : « l’un des enjeux de la commémoration est de savoir comment s’articulent mémoire locale et mémoire mondiale du conflit ». Cet enjeu civique et scientifique est aussi un défi pédagogique relevé par l’académie de Nancy-Metz à travers diverses échelles géographiques.

À l’échelle académique, un projet pédagogique interdisciplinaire et fédératif: « Verdun aux trois visages : paysage de guerre, terre de mémoire, lieu de réconciliation »

L’appel aux projets collectifs et individuels interdisciplinaires qui a jusqu’alors concerné plusieurs dizaines d’établissements entend donner sens à une démarche qui part de l’environnement patrimonial spécifique des élèves lorrains et leur permet de soulever les questions plus générales qui se posent à tous ceux qui découvrent et découvriront les champs de bataille, les villages détruits, la nécropole et l’ossuaire de Douaumont.

Un pôle national de ressources pédagogiques : « Sur les pas des combattants de Verdun : itinéraires pédagogiques, 1916-2016 »

Un centre de ressources numériques est mis en place par l’académie en coopération avec Canopé et en collaboration avec le Centre mondial de la Paix. Cette plateforme servira à toutes les classes voulant préparer leur voyage dans la Meuse en 2016 ou leur travail sur Verdun autour des interrogations et grandes thématiques suivantes :

  • les enjeux militaires et politiques de la bataille de Verdun ;
  • les temps, espaces et itinéraires au cœur de la bataille ;
  • les lendemains de Verdun : des  victimes à la construction d’un lieu de mémoire franco-allemand.

La ressource se présentera comme une carte de géographie stylisée de la région de Verdun sur laquelle seront figurés de façon interactive plus d’une dizaine d’itinéraires : « la journée d’un soldat français », «  le parcours d’un soldat allemand », « la correspondance avec les familles », « le paysage de guerre », « les combattants venus d’autres continents ». Et chaque thème sera illustré d’images et d’extraits d’archives et de documents. Ce pôle permettra de faire alterner des mises au point pédagogiques et scientifiques à destination des professeurs et des itinéraires concrets et accessibles permettant d’étudier avec les élèves ce que signifiait combattre à Verdun du côté français comme du côté allemand et de comprendre les étapes de transformation de Verdun en lieu de mémoire.

Un laboratoire pédagogique franco-allemand autour de Verdun

Une grande variété d’opérations franco-allemandes structure la commémoration de Verdun en Lorraine. Parmi toutes les initiatives, dont des actions artistiques et culturelles transfrontalières avec la Sarre notamment, on mentionnera deux projets importants établis en collaboration étroite avec l’Institut Goethe de Nancy et tous deux sous l’égide ou à l’initiative de la Mission du Centenaire :

  • La traduction en allemand du pôle de ressources pédagogiques « Sur les pas des combattants de Verdun ». Le centre de ressources numériques en devenant bilingue grâce à la collaboration de l’Institut Goethe s’adressera également aux enseignants et aux élèves allemands.
  • La co-animation à Nancy avec l’Institut Goethe du séminaire franco-allemand de clôture du concours EuStory Verdun 2016 qui sera constitué d’ateliers des professeurs du second degré et d’une table ronde avec des historiens français, allemands et européens. Cette séance prévue en janvier précèdera de peu les débuts de la commémoration fixés au  21 février 2016.


C’est donc avec la conviction que l’académie de Nancy-Metz assume pleinement sa responsabilité de laboratoire pédagogique que nous proposons d’en faire une académie ressource nationale et internationale. Dés lors notre mission est d’escorter les équipes éducatives françaises, allemandes et européennes sur les pas des combattants de la Grande Guerre, en les aidant à concevoir des projets pédagogiques à distance et à préparer le cas échéant leur venue sur ce lieu symbolique qui doit être appréhendé à la fois comme espace historique d’affrontement violent et de souffrance radicale et comme cadre idéal de réconciliation franco-allemande et de reconstruction européenne.

Cette vaste ambition aura une traduction concrète : chaque classe française et allemande désireuse de programmer une visite sur les champs de bataille de Verdun sera invitée à entrer en contact avec une « classe relais de Verdun 1916-2016 » située en Lorraine. L’académie de Nancy-Metz œuvre déjà pour faciliter cet accompagnement et cette rencontre autour d’un « travail de mémoire » commune qui n’a de sens pour nos élèves que parce qu’il est « devoir de connaissance » pour tous .

 

Gilles Pécout
Recteur de l’académie de Nancy-Metz, chancelier des universités de Lorraine

Professeur d’histoire contemporaine à l’Ecole normale supérieure

 

1 BOEN n°1, 5 janvier 2012.
2 BOEN n°42, 14 novembre 2013.
3 BOEN n° 8, 21 février 2013 ;  n°9, 30 septembre 2010 ; n°46 13 décembre 2012.
4 BOEN n° 9, 1er mars 2012 ; n° 3, 17 mars 2011.
5 BOEN n° 8, 25 février 2010.
6 Paul Jankowski, Verdun, Paris, Gallimard, 2014, p. 12.

 

Introduction aux ressources pédagogiques Verdun 2016

Les ressources pédagogiques préparées par l’académie de Nancy-Metz pour le centenaire de la bataille de Verdun ont été conçues comme une série de parcours permettant à la fois un travail à distance sur la bataille et sa commémoration et la  préparation d’un éventuel déplacement sur place avec des élèves de classes de primaire, de collège ou de lycée.

Ces ressources ont été élaborées par des professeurs du primaire et du secondaire, à la fois pédagogues praticiens et spécialistes de l’histoire de la bataille de Verdun, de l’histoire de sa commémoration et de la réconciliation franco-allemande telle qu’elle s’est symboliquement inscrite en ce lieu. Ils sont par ailleurs missionnés, pour certains d’entre eux, auprès des services éducatifs du Mémorial de Verdun et du Centre Mondial de la Paix.

Ces ressources sont intégralement traduites en allemand, grâce à un partenariat avec le Goethe Institut de Nancy, afin de pouvoir être utilisées aussi bien par des classes d’Allemagne que par des classes françaises travaillant en allemand, dans le cadre par exemple de la DNL ou des sections Abibac.

La mise en forme de ses ressources et leur charte graphique sont l’œuvre de Canopé Lorraine.

Tous ces parcours ont été imaginés pour aborder les problématiques, analyser les objets d’étude et  mettre en œuvre les démarches proposées par les programmes d’histoire mais aussi d’enseignement moral et civique.

Ces ressources se présentent sous la forme d’itinéraires à la fois pédagogiques et topographiques autour d’une thématique précise. Chaque parcours se décompose en un certain nombre d’étapes correspondant à des lieux précisément localisés sur une carte. Chaque étape est constituée d’un ensemble documentaire accompagné d’un texte explicatif et de pistes d’exploitations pédagogiques. Des ressources complémentaires sont proposées pour chaque étape sous forme de documents photographiques, souvent rares, ou d’annexes comportant des documents de toute nature accompagnés d’un texte explicatif. La didactisation de l’ensemble des  documents proposés est restée volontairement générale pour ne pas enfermer ces ressources dans un seul type d’exploitation pédagogique.

Ces parcours ont été pensés pour être utilisés avec une grande liberté par les professeurs mais aussi directement par les élèves. Cette liberté existe autant au sein d’un même itinéraire que le professeur peut parcourir étape par étape ou utiliser comme il l’entend, qu’entre les différents parcours qui se complètent et se répondent autour de thématiques qui se font écho. Ainsi, ces parcours peuvent-ils être suivis pas à pas ou servir de corpus documentaire que le professeur sollicite comme il l’entend en fonction de son propre projet pédagogique.

Ces itinéraires à la fois pédagogiques et topographiques permettent d’étudier avec les élèves la condition combattante à Verdun du côté français comme du côté allemand, ils abordent l’analyse des paysages de guerre aujourd’hui, ils permettent aussi de comprendre en quoi Verdun est un lieu de mémoire et quelle est l’évolution de cette mémoire et de ses manifestations dans les monuments depuis la fin  de la Première Guerre mondiale, enfin, l’un des itinéraires permettra de découvrir les étapes de la réconciliation franco-allemande telle qu’elle a eu lieu à Verdun.

Par ailleurs, à destination plus exclusive des professeurs, des mises au point scientifiques permettent de comprendre la situation de Verdun au début de la guerre et en 1916, de comprendre le pourquoi de la bataille et de connaître son déroulement.

Ces ressources sont disponibles progressivement à partir du 11 novembre 2015 sur le site académique de Nancy-Metz sous le titre : Sur les pas des combattants de Verdun : itinéraires pédagogiques, 1916-2016. L’ensemble de ces ressources sera ensuite mis en ligne progressivement au cours de l’année scolaire 2015-2016 sur un site dédié, développé par la DSI du rectorat de Nancy-Metz en partenariat avec Canopé Lorraine.

Les nouvelles ressources seront signalées au fur et à mesure de leur parution sur le site national Verdun 2016.

 

Vincent Borella
Référent Mémoire et Citoyenneté